PUBLICITÉ

Les tendances voyage pour 2011

21 janvier 2011 - Par Rose-Line Brasset

Êtes-vous in ou out  ?

Si l’Europe ou le Sud en hiver demeurent les destinations chouchous des Québécois, de nouvelles tendances se dessinent en 2011. Voici donc, dans le désordre, le palmarès des cinq tendances in et out en matière de voyage.

C’est in !

1. Le Vietnam

Une destination de plus en plus demandée. « Après avoir fait un peu le tour, les gens veulent voir autre chose, signale Debbie Pichette de Voyages Inter-Pays. Le Vietnam est une destination à la fois abordable et exotique. De plus, on y mange très bien, ce qui ne gâte rien. »

JPEG - 302.9 ko
JPEG - 379.9 ko
JPEG - 370.8 ko

2. L’Afrique

« Surtout le Kenya, pour les safaris-photos, mais également l’Afrique du Sud, pour y effectuer la route des vins », poursuit Mme Pichette. Au Maghreb, le Maroc et la Tunisie ont également la cote, notamment auprès des adeptes de longs séjours en raison des coûts abordables. Enfin, selon Lonely Planet, Tanger se trouve assurément dans le palmarès des cinq villes à visiter en 2011.


3. Les croisières

Les croisières sont plus que jamais populaires. La mer des Caraïbes demeure un incontournable, mais on voit de plus en plus poindre des offres sur de plus petits bateaux, tout aussi luxueux, notamment en Europe, sur le Danube ou le Rhin. Un must !


4. L’Australie et la Nouvelle-Zélande

Toujours selon le Lonely Planet, Wellington, en Nouvelle-Zélande, serait « la plus cool des petites capitales du monde », pour la nature et les grands espaces sauvages. Soulignons que la ville accueillera la Coupe du monde de rugby en 2011.

5. La Grande-Bretagne

Le pays de Galles, en particulier, est à découvrir pour ses collines, ses moutons et son rugby, pour la beauté de ses paysages, la qualité de ses matchs de sport (et de ses infrastructures sportives), pour ses châteaux ainsi que pour sa gastronomie et la chaleur de l’accueil de ses habitants.

C’est out !

1. Aller toujours au même endroit

L’offre des voyagistes est si vaste qu’on pourra y songer quand on aura fini de faire le tour, si jamais on y arrive ! Les Antilles, par exemple, ont à coup sûr la faveur des consommateurs, mais il y a bien plus que Varadero. La Jamaïque, Antigua et Sainte-Lucie font, par exemple, un retour remarqué dans l’offre des grossistes. En 2011, on troque Hollywood pour la Barbade, et Paris pour Prague !

2. Bronzer idiot

Jouer les épaves sur le sable de la République dominicaine toute la journée, c’est out. On profite dorénavant de ses vacances pour se cultiver et effectuer des visites qui alimenteront nos récits de voyage au retour. Au Mexique, par exemple, on en profite pour visiter les grands sites mayas que sont Tulum, Chichen Itza ou Uxmal. À Cuba, on ne manque surtout pas La Havane et le dédale de ses rues riches d’histoire. Pour les blasés, Nolitours relance même Cartagena, en Colombie, une des plus belles cités coloniales d’Amérique latine.

3. Avoir peur des destinations dites plus « exotiques »

Les chaînes internationales d’hôtels et les grands complexes ont ceci de bon qu’ils vous garantissent un confort et une sécurité « standardisés », où que vous soyez. Vous êtes donc autant en sécurité, et vous mangez aussi bien, sinon mieux, sur l’île de Margarita, au Venezuela, ou à Agadir, au Maroc, que dans un Howard Johnson, à Miami.

4. Rogner sur le budget hôtel

« Choisir un hôtel bas de gamme pour économiser est la meilleure façon de revenir déçu, indique Debbie Pichette de Voyages Inter-Pays, surtout lorsqu’il s’agit d’un “tout inclus” ». Le fait est que si on ne bénéficie que d’une ou deux semaines de vacances, autant en profiter vraiment !

5. S’attendre à vivre ailleurs ce que l’on vit chez soi

Si le dicton « Les voyages forment la jeunesse » est vrai, c’est que le propre des voyages à l’étranger, c’est d’expérimenter un minimum « d’étrange ». Choisir Punta Cana en raison de la proximité d’autres Québécois, c’est out.

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Jeudi 27 avril 2017
Du 15 au 30 avril 2017

/ AGENDA

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X