PUBLICITÉ

Nappe blanche - La Crémaillère - 50 ans et toujours bien vivant !

10 octobre 2013 - Par Pierre Champagne

Beppino Boezio, l’une des figures marquantes de la gastronomie de Québec et l’homme derrière le restaurant La Crémaillère, fête cette année ses 50 ans de métier.

M. Boezio a incarné, tout au long de sa
carrière, l’amphitryon type de la grande
restauration classique. Celui qui arrive
en premier et qui veille à ce que tout
soit au point. Celui qui ne laisse rien au
hasard et veille à ce que tout soit parfait
pour ses fidèles clients qu’il connaît par
leur nom. Tous se souviendront un jour
de lui comme un être charismatique aux
talents multiples. Car en plus de maîtriser
l’art du service et de la cuisine, et d’avoir
un flair unique pour les affaires, il peut,
à l’improviste, vous chanter les grands
classiques d’opéra italien avec la voix et
la désinvolture d’un professionnel. Mais
l’histoire ne s’arrête pas là… Le restaurant
La Crémaillère témoigne toujours de son
savoir-faire.

Beppino Boezio
Beppino Boezio

UNE HISTOIRE UNIQUE

Beppino est né au Friul, en Italie. Son
père était meunier. Sa mère tenait la
maison et éduquait quatre garçons.
Beppino était le cadet. L’avenir semblait
tracé à l’avance pour lui. Il allait, comme
ses frères auparavant, livrer la farine à
cheval et gravir les échelons. Puis lui
vint l’idée folle et moderne qu’il fallait
remplacer le cheval par un camion. Le
conseil familial rejeta l’idée. Déçu, il
ferma les yeux et vit l’Amérique.

Il arriva à Québec en 1962. Il avait 17 ans
et ne parlait pas français. Il travailla à
gauche et à droite, tantôt comme aidemenuisier,
tantôt comme peintre, jusqu’à
ce que Guido Malning, qui deviendra son
mentor, l’engage comme commis dans
son restaurant Chez Guido. Beppino
apprit le français et l’anglais, brûla les
échelons rapidement et, trois ans plus
tard, devint associé chez Guido. Lui et
ses partenaires de l’époque ouvrirent
également un petit restaurant sur la rue
Saint-Jean : ainsi est né La Crémaillère.
Fait important : c’est à cette époque qu’il
épousa sa femme. Mme Boezio – ou plutôt
Bruna – devint sa principale alliée dans
cette aventure.
Encore une fois, les idées de grandeur
de Beppino devaient l’amener à quitter
ses associés. Les bâtiments de la rue
Sainte-Anne étaient à vendre à bon prix
et il voulait que la compagnie achète
la rue. Ses associés voyaient les choses
autrement. Beppino leur proposa de
leur laisser Chez Guido et de garder La
Crémaillère. Ainsi il fut fait. Il acheta,
par la même occasion, le bâtiment qui
l’abritait : la maison Louis-Latouche.

On peut dire que la vraie histoire de La
Crémaillère commence à ce moment.
En un mois, le restaurant est passé de
petit restaurant sympathique à grand
restaurant de fine cuisine. La clientèle
de Beppino était prête à le suivre. Ce
dernier dirigeait son restaurant comme
un chef d’orchestre. La magie était au
rendez-vous tous les soirs, mais les
samedis, en particulier, il fallait rivaliser
d’astuce pour ne pas avoir à refuser de
clients. En plus de la gastronomie, du
bon vin et du beau monde, les clients
vivaient de grandes émotions à écouter
Beppino interpréter les grands classiques
de la musique italienne et espagnole.
Tous quittaient le restaurant avec une
étincelle dans les yeux.

La popularité du restaurant étant
grandissante, Beppino dut se trouver
un partenaire pour le seconder dans la
gestion de la salle à manger. Il s’associa
avec Michel Antoine, maître d’hôtel et
sommelier au légendaire Serge Bruyère.
La Crémaillère déménagea en 2005,
où se trouvait l’ancien Chez Guido, son
premier restaurant. Une magnifique
maison historique que Beppino a
toujours gardée dans son coeur. Normal :
c’est là que tout a commencé !

La restauration de Québec a
énormément évolué depuis les années
1960. Beppino Boezio fut l’un de ses
pionniers et l’un des premiers à importer
du vin. Plusieurs plats ont également été
connus à Québec grâce à lui.

La Crémaillère est aujourd’hui considérée
comme une institution, mais ne cesse
de se réinventer. Y avez-vous été
dernièrement ? Le décor signé G. Maur
est sublime, la nourriture est préparée
avec soin et finesse, la carte des vins est
unique et racée, et le service impeccable.
Vous croiserez sûrement Beppino qui,
même après 50 ans, aime toujours son
métier.

INFORMATION

73, rue Sainte-Anne, Vieux-Québec
418 692-2216
www.cremaillere.qc.ca

PHOTOS : LOUIS ARTHUR

PUBLICITÉ
X