PUBLICITÉ

Québec : Destination internationale 2020

3 mai 2012 - Par Johanne Martin

Québec doit devenir un coup de cœur. Donner envie aux visiteurs de prolonger leur séjour et de revenir. Offrir une expérience mémorable et faire surgir de nouvelles motivations à l’égard du choix qu’elle représente. Et si ce n’était pas le pari de l’Office du tourisme de Québec (OTQ), mais celui d’une région tout entière ? Et si on façonnait en une nouvelle image l’offre touristique de la capitale ? Cap sur Québec : Destination internationale 2020.

Créer un consensus fort autour de priorités et de chantiers qui permettront à la région de prendre sa place comme destination internationale incontournable d’ici 2020, c’est précisément l’exercice auquel se sont livrés quelque 360 représentants de l’industrie qui se sont réunis, il y a un mois, à l’occasion d’une journée de réflexion stratégique sur l’avenir du tourisme à Québec.

« L’enjeu est clair, mais le défi, exigeant : nous devons être en mesure de rivaliser avec le monde. Pour y arriver, il faut y mettre les efforts nécessaires et accepter de faire des choix », justifie le président du C.A. de l’OTQ, Alain April, convaincu par ailleurs que la meilleure mise en marché d’une région ne pourra jamais remplacer le produit.

À l’échelle mondiale, le tourisme offre un potentiel de développement exceptionnel ; il s’agit, du reste, de l’industrie qui affiche la plus forte croissance. Chez nous, elle constitue la deuxième en importance avec 30 000 emplois directs et indirects, 1,5 milliard de recettes et 4,5 millions de visiteurs.

Selon la nouvelle orientation choisie, la capitale doit également présenter l’image d’une destination branchée sur le fleuve.
Selon la nouvelle orientation choisie, la capitale doit également présenter l’image d’une destination branchée sur le fleuve.

Dans la foulée de Québec : Destination internationale 2020 – et pour se donner un nouvel essor –, la capitale mise désormais sur les deux portes d’entrée que sont Québec et Montréal, sur le fleuve Saint-Laurent, de même que sur le développement de pôles touristiques forts qui disposent d’atouts pour attirer une clientèle venant de l’extérieur de la province.

« Pour que Québec soit une véritable destination internationale en 2020, ça prend des produits de calibre mondial. Il faut s’appuyer sur les acquis – une ville d’histoire, une ville qui a du charme, une ville entourée d’une nature généreuse et spectaculaire –, tabler sur nos récents succès – le 400e, les activités sportives et les grandes expositions, par exemple –, profiter d’un climat favorable en ce qui concerne le financement et les politiques gouvernementales, et surprendre avec la mise en marché », résume le directeur de l’Office, Gabriel Savard.

Le cinquième et dernier chantier en sera un qui promouvra la nature et le plein air. Le Parc de la Chute-Montmorency deviendra ainsi un point de départ encore plus connecté.
Le cinquième et dernier chantier en sera un qui promouvra la nature et le plein air. Le Parc de la Chute-Montmorency deviendra ainsi un point de départ encore plus connecté.

Actuellement, rappelle-t-il, des investissements majeurs sont en cours, lesquels s’élèvent à plus d’un milliard de dollars. Neuf projets sont planifiés, amorcés ou achevés, projets qui représentent des atouts touristiques pour la région. « L’agrandissement du Centre de foires d’ExpoCité, le projet du Massif de Charlevoix avec le train touristique en partance de Québec, le projet du théâtre Diamant de Robert Lepage, l’agrandissement du Musée national des beaux-arts du Québec, l’ajout de portes d’embarquement et d’aires de services à l’Aéroport international Jean-Lesage, l’agrandissement du PEPS, le prolongement de la promenade Samuel-De Champlain, l’agrandissement du Centre des congrès et l’amphithéâtre sont autant d’initiatives qui permettent d’espérer le meilleur », rend compte le directeur.

Le prolongement de la promenade Samuel-De Champlain représente l’un des atouts majeurs de la région.
Le prolongement de la promenade Samuel-De Champlain représente l’un des atouts majeurs de la région.

Cinq chantiers

Cinq grands chantiers intégrateurs rallient les acteurs de l’industrie pour les prochaines années. L’un d’eux – l’amélioration de l’accessibilité – englobe et vient bonifier tous les autres. « Il est impératif de pouvoir circuler plus aisément vers et dans Québec, commente M. Savard. La tête des ponts doit être reconfigurée, la connexion Montréal – Québec améliorée, accélérée et pensée en fonction de l’industrie touristique, et une navette aéroportuaire sera mise en place afin de mieux desservir les hôtels du secteur Sainte-Foy et du centre-ville. Présentement, Québec est d’ailleurs l’une des seules destinations nord-américaines à ne pas avoir de navettes organisées à partir de l’aéroport. »

Autre chantier qui se profile depuis un moment déjà : celui de faire de Québec la capitale mondiale de l’hiver. Les acteurs de l’industrie ont convenu de s’employer à ce que la ville devienne un produit culturel d’hiver encore plus fort, notamment en animant la saison sur une plus longue période. Le Carnaval, l’Hôtel de Glace, QuébecAdabra ! pendant la période des fêtes et le Red Bull Crashed Ice comptent évidemment au nombre des pièces maîtresses du plan d’action.

Selon la nouvelle orientation choisie, la capitale doit également présenter l’image d’une destination branchée sur le fleuve. Dans cette perspective, la mise en valeur de la promenade Samuel-de Champlain figure parmi les priorités. Sa destinée ? Se transformer en un parcours expérientiel de services avec des boutiques, des terrasses et des cafés, et qui sera prolongé de la tête des ponts de Québec et Pierre-Laporte au pont de l’île d’Orléans. Le bassin Louise proposera, quant à lui, un aménagement urbain et maritime à vocation multiple, et l’Aquarium du Québec sera dynamisé pour créer une expérience exclusive qui suscite l’émotion.

« L’idée de voir le fleuve telle une icône autour de laquelle il nous faut développer l’offre touristique mérite d’être exploitée à son plein potentiel, croit le président-directeur général de l’Administration portuaire de Québec, Mario Girard. Le fleuve est une source d’inspiration exceptionnelle à bien des niveaux. »

Cette source inspire, entre autres, l’intensification des activités au chapitre des croisières fluviales et internationales, lesquelles bénéficieront d’un soutien accru. En plus d’augmenter le nombre de bateaux en escale, on veut que la capitale devienne, à compter de l’an prochain, le port d’attache de navires de mai à octobre et qu’il s’y fasse 6, 8, et même 10 embarquements et débarquements par année.

Québec, capitale culturelle animée à l’année

Destination internationale 2020, c’est aussi une ville qui bouge au rythme de ses atouts culturels et de son histoire. Suivant une approche thématique, il est prévu que plusieurs circuits intégrant les grands musées, les plus petits et les lieux de diffusion soient proposés. Des expositions de renom qui attireront les touristes sont au menu de la nouvelle approche.

« Le cinquième et dernier chantier en sera un qui promouvra la nature et le plein air, annonce enfin Gabriel Savard. Le Parc de la Chute-Montmorency deviendra un point de départ encore plus connecté. En association, le Mont-Sainte-Anne et Le Massif offrent une destination mondiale de ski. Pour le vélo de montagne, un circuit de haut niveau suggérera un corridor de vallées à parcourir entre la vallée du Bras-du-Nord, celle de la Jacques-Cartier et le Mont-Sainte-Anne. »

Une nouvelle application mobile

La démarche entreprise par l’Office du tourisme et ses partenaires ne serait cependant pas complète sans l’apport des nouvelles technologies. En collaboration avec le Centre local de développement de Québec (CLD), une nouvelle application mobile gratuite pour iPhone (regiondequebec.com/mobile) vient d’être lancée.

En avril dernier, lors du lancement de l’application mobile gratuite pour iPhone de l’OTQ : MM. Régis Labeaume, maire de Québec, Alain April, président du C.A. de l’Office du tourisme de Québec, et Gabriel Savard, directeur de l’Office du tourisme de Québec.
En avril dernier, lors du lancement de l’application mobile gratuite pour iPhone de l’OTQ : MM. Régis Labeaume, maire de Québec, Alain April, président du C.A. de l’Office du tourisme de Québec, et Gabriel Savard, directeur de l’Office du tourisme de Québec.

« On y retrouve de l’information continuellement mise à jour sur l’hébergement, les restaurants et les magasins, les attraits, les activités et événements ainsi que des conseils pratiques. Grâce à la géolocalisation, le visiteur pourra, de plus, afficher les points d’intérêt qui l’entourent et s’y diriger facilement. Cette application s’inscrit d’ailleurs dans l’esprit de l’orientation que nous avons récemment prise : aller vers les clients plutôt que demander aux clients de venir à nous », conclut le directeur de l’OTQ.

Objectifs fixés l’an dernier dans le plan stratégique de l’Office du tourisme de Québec :

  • Une augmentation, d’ici 2016, de 30 % des recettes touristiques et de 12,2 % du nombre de visiteurs.
PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Jeudi 27 avril 2017
Du 15 au 30 avril 2017

/ AGENDA

Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X